Waprint

chroniques de chroniques

Archive for the ‘actualité’ Category

Au dela de l’Arctique

without comments

Vers cette époque, le désir d’atteindre le pôle se double de celui de cartographier un territoire inexploré et de recueillir des informations médicales; juste après l’expédition Fram, il n’y avait clairement plus aucun doute que cette partie principale du bassin polaire était un océan de glaçons et que toute propriété néanmoins à trouver pourrait être périphérique. La course pour ce pôle a ensuite dégénéré en une occasion internationale de port. Un certain nombre d’expéditions, par la suite sur les traces de Jackson, ont fait un effort pour se rendre au pôle depuis le territoire de Franz Josef. Quelques-uns étaient des États-Unis: Walter Wellman en 1898-99, l’expédition Baldwin-Ziegler en 1901-02, ainsi que l’expédition Fiala-Ziegler en 1903-06. Une expédition italienne dirigée par le duc d’Abruzzi a établi un nouveau record en 1900, lorsque le capitaine Umberto Cagni a atteint 86 ° 34 ‘N. États-Unis Robert E. Peary a commencé à fonctionner vers ses expéditions polaires en 1891-92 et 1893-95 , alors qu’il réalisait deux longs voyages au nord-ouest du Groenland, identifiant le territoire de Peary, principalement libre de glaçons. En 1898-1902, il installa une grande cache d’approvisionnement dans la baie Lady Franklin à partir des bases de Smith Seem, luge le long de la côte nord du Groenland et atteignit 84 ° 17 ‘N depuis le cap Hecla, l’île d’Ellesmere. En 1905, aidé par la navigation spécialisée dans les glaçons du capitaine Bob Bartlett, il a navigué dans le Roosevelt jusqu’au cap Sheridan, près des vieux quartiers des mois d’hiver de l’alerte, et à partir du cap Hecla a établi une nouvelle histoire de 87 ° 06 ‘N. En outre, il a traîné sur la côte nord d’Ellesmere Isle, cartographiant la côte d’où Nares s’est éloigné. En 1908-1909, il a renvoyé, et du cap Columbia en 1909, il s’est installé pour ce pôle et renvoyé déclarant en possession atteint. Juste avant le retour de Peary aux États-Unis en septembre 1909, Frederick A. Cook, un Américain qui avait été avec Peary au Groenland en 1891-1892 et qui a passé 1907-2009 dans l’Arctique, a déclaré qu’il avait atteint le pôle l’année juste avant avec deux Inuit, à travers la raison nord de l’île tropicale Axel Heiberg. L’affaire a stimulé un différend substantiel, qui comprend la poursuite de la modernité. De sérieuses incertitudes ont été soulevées quant à savoir si les deux gars ont atteint le pôle, étant donné qu’aucun des deux n’a réussi à créer des données concluantes pour étayer sa déclaration. De plus, plusieurs se sont demandé si les techniques de menu de Peary étaient satisfaisantes pour lui permettre de savoir s’il était parvenu à ce niveau, même s’il était peut-être arrivé à une poignée de kilomètres de celui-ci; Les compagnons inuits de Cook ont ​​ensuite expliqué qu’ils n’étaient nullement hors de vue des biens, c’est-à-dire l’île d’Ellesmere ou l’île d’Axel Heiberg. Dans une certaine mesure inspiré par le manque de force des déclarations rivales de Peary et Cook, le représentant naval européen Georgy I. Sedov a installé une expédition visant le pôle en 1912 à bord de Svyatoy Foka. Le voyage, obstrué par des glaçons dans l’eau de Barents, a hiverné autour de la côte nord-ouest de Novaya Zemlya et n’a atteint la propriété Franz Josef qu’en 1913. Sedov a tenté désespérément de faire de la luge au pôle à partir d’une base de la baie de Tikhaya dans le zone sud de l’élément de Franz Josef Land en 1914, mais il est mort avant même d’atteindre la suggestion supérieure de l’archipel. La toute première expédition de surface s’est avérée être un travail des États-Unis sous Ralph Plaisted, qui l’a réalisée à partir du nord de l’île tropicale d’Ellesmere en motoneige en 1968 (le groupe a été transporté par avion de la calotte glaciaire). Au cours de cette année civile, la British Transarctic Expedition, dirigée par Wally Herbert, a été la première à se rendre au pôle en équipage canin, bien qu’en route de Level Barrow, en Alaska, à travers le pôle jusqu’à Svalbard. Les premiers navires à se rendre au pôle ont été les sous-marins nucléaires américains Nautilus (1958), qui sont restés immergés, et Skate (1959), qui a inventé les glaçons. Le premier navire de surface à arriver au pôle a été le brise-glace nucléaire soviétique Arktika, qui en 1977 s’est approché du cours depuis les îles de la Nouvelle-Sibérie. La création initiale d’un avion au pôle (ou à proximité) a été réalisée par l’initiale soviétique Mikhail Vasilevich Vodopyanov lorsqu’il a installé la célébration d’Ivan Dmitrievich Papanin au début de la dérive de la toute première station de dérive soviétique, le pôle Nord I, en 1937. Source: conduite sur glace

Written by admin

décembre 20th, 2019 at 3:01

Posted in actualité

Le renouveau de Lisbonne

without comments

Lorsque nous pensons aux vacances au Portugal, nous pensons généralement à l’Algarve ou peut-être à l’occasion à Madère, à une ou deux rondes de golf, ou à la côte rocheuse spectaculaire et aux belles plages de sable fin. Cependant, voyage entreprise Lisbonne il vaut la peine de visiter sa magnifique capitale. Lisbonne est un mélange très intéressant d’ancien et de nouveau. Jusqu’au milieu des années 90, Lisbonne n’avait pas une très bonne image, elle était épuisée et quelque peu chaotique. Les choses ont commencé à changer quand elle a été proclamée Ville européenne de la culture en 1994 et, lors de l’Exposition universelle de 1998, Lisbonne a persuadé la direction centrale et l’Union européenne d’investir de l’argent dans la ville, qui est rapidement revenue à la vie.

L’infrastructure de Lisbonne a été ressuscitée et la zone spécialement développée pour l’exposition est devenue le Parquet das Nacoes. Ce quartier ultra-moderne abrite désormais des salles de concert, un immense centre commercial, de magnifiques allées fluviales et le deuxième plus grand océanarium d’Europe. Lisbonne a été l’hôte de certains matchs des championnats d’Europe de football en 2004 et des MTV Europe Music Awards en 2005, s’affirmant comme un sérieux prétendant aux city break.

Vous pouvez facilement naviguer dans la ville à pied, mais comme la région est construite sur sept collines, utiliser le système de tramway vintage est le meilleur moyen de voyager et le moyen le plus facile de profiter des vues spectaculaires lorsque vous regardez la ville Fleuve Tage. Alfama est une partie maure de la ville située sur la colline juste en dessous du château médiéval de St Georges avec des cafés qui débordent de tables sur des terrasses ensoleillées offrant une vue imprenable sur la ville.

Le shopping est une priorité à Lisbonne avec la région de Baxia qui abrite un centre commercial magnifique et la célèbre place commerciale qui borde à son tour le fleuve Tage. Juste à côté, vous pourrez vous promener dans les rues étroites et sinueuses du Biarro Alto, où vous trouverez de nombreux clients le jour et des fêtards la nuit. Cosmopolitan Chiado ravira les visiteurs avec ses boutiques internationales, ses places modernes et ses bars et cafés traditionnels.

Lisbonne est célèbre pour sa musique captivante connue sous le nom de « fado », une mélodie envoûtante qui atteint les profondeurs de l’âme et décrit le passage de l’ère maritime et les destructions causées par les incendies, le raz-de-marée dévastateur et le tremblement de terre de 1755

Tout en étant riche en traditions et en histoire, Lisbonne offre une touche moderne et vivante et vous pouvez toujours visiter les plages locales des villes voisines de Cascais et d’Estoril pour vous ressourcer et profiter du mode de vie à l’ancienne. Alors, la prochaine fois que vous penserez aux vacances au Portugal, pourquoi ne pas considérer Lisbonne, avec ses parcs et ses plages, ses bars et restaurants, son histoire et sa culture, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Written by admin

novembre 26th, 2019 at 9:42

Posted in actualité

Ecosse: dire la vérité sur le Brexit et l’indépendance

without comments

Rester au Royaume-Uni est le meilleur espoir d’améliorer les services publics comme les écoles et les hôpitaux, tandis que l’indépendance ou «Scexit» signifierait une frontière difficile nous séparant de la famille et des amis en Angleterre, écrit Pamela Nash de Scotland in Union. Les discours des dirigeants lors des conférences politiques des partis constituent une occasion unique de parler à la nation. Avec la couverture garantie de la télévision et des journaux, les politiciens ont le moment de s’adresser au-delà de la salle de conférence. Cette semaine, Nicola Sturgeon a complètement échoué à ce défi. Elle n’a parlé qu’aux militants de l’auditorium d’Aberdeen et aux nationalistes intransigeants de son pays, concentrés sur son obsession de briser le Royaume-Uni. C’était de la rhétorique sans aucune substance. Cela dit que l’indépendance a été mentionnée plus de 20 fois, alors que l’éducation n’a été mentionnée que deux fois en 45 minutes. L’éducation, rappelons-le, était censée être la première priorité du premier ministre. Personne ne peut maintenant avoir le moindre doute: sa priorité sera toujours de créer des divisions. C’est, après tout, en quoi consiste le nationalisme: ériger des barrières entre les personnes et les communautés. Les politiciens du SNP ont toujours voulu créer des barrières sociales et culturelles avec l’Angleterre. Nous savons maintenant qu’ils sont également prêts à construire une barrière physique – une frontière dure à Gretna, à Berwick et partout où l’Ecosse rencontre l’Angleterre, où la liberté de circulation est libre depuis des siècles. Ce scénario dévastateur se produirait si Mme Sturgeon réalisait son objectif d’inclure une Écosse séparée dans l’UE, ce qui entraînerait une divergence économique par rapport à un Royaume-Uni post-Brexit. La frontière avec l’Angleterre deviendrait également la frontière de l’UE et Bruxelles exigerait des vérifications sur ce qui arrivait et ce qui sortait. Je trouve profondément navrant que le SNP soit si indifférent face à la possibilité d’une barrière entre nos amis, nos familles et nos voisins en Angleterre. Je ne veux pas d’une frontière dure entre moi et ma famille à Manchester, et il en va de même pour les millions de personnes qui partagent des liens sociaux à travers le Royaume-Uni. Mais ce n’est pas seulement l’impact émotionnel que nous devrions considérer, c’est aussi l’impact économique. Notre commerce sur le marché intérieur avec le reste du Royaume-Uni représente une économie de 48,9 milliards de livres sterling par an pour l’économie écossaise, ce qui équivaut à ce qu’il en coûte de faire fonctionner l’ensemble de notre NHS pendant environ trois ans. Il représente 60% de toutes les exportations, ce qui réduit considérablement nos échanges commerciaux avec l’UE. Les camions, les fourgonnettes et les trains sillonnent sans entraves l’Écosse et l’Angleterre, des milliers d’entreprises étant tributaires du marché unique britannique. Pourquoi mettre tout cela en danger avec Scexit?

Written by admin

octobre 17th, 2019 at 8:45

Posted in actualité

La réforme

without comments

Il est impossible d’écrire sur le thème que ce livre se définit sans utiliser les termes catholique et protestant au sens conventionnel. Les mots représentent certaines grandeurs historiques. Il est également impossible de se cacher à quel point le langage est souvent trompeur. La ligne de démarcation entre ce qu’on a heureusement appelé la religion de l’autorité et la religion de l’esprit ne court pas entre catholique et protestant. Elle traverse le milieu de nombreux corps protestants, la frontière de certains seulement, et qui dira que l’Église romaine ne sait rien de ce contraste? Le seul usage de la récurrence historique ici est de souligner le fait que cette distinction représente moins qu’on ne le suppose généralement. Dans une large mesure, l’histoire de la pensée chrétienne, des temps les plus anciens à la fin du XVIIIe siècle, présente une unité très frappante.  En contraste avec cela, cette réflexion moderne qui a pris pour objet le phénomène connu sous le nom de religion et, en particulier, cette forme de religion historique connue sous le nom de christianisme, a aussi lentement révélé le fait qu’elle était en possession de certains principes. De plus, ces principes, tels qu’ils sont apparus, ont été ressentis comme des principes nouveaux et distincts. Ce sont essentiellement des principes modernes. Ce sont les principes qui, pris ensemble, différencient le penseur du XIXe siècle de tous ceux qui l’ont précédé. Ce sont des principes qui unissent tous les penseurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, dans presque toutes les régions du monde, dans la mesure où ils pensent à tous les sujets sauf la religion. Nous pensons de plus en plus que ces principes doivent également être pris en compte dans notre réflexion sur la religion.  L’un de ces principes est, par exemple, celui de traiter de manière critique les problèmes de l’histoire et de la littérature. Bien avant la fin de l’ère du rationalisme, ce principe 4 avait été appliqué à la littérature et à l’histoire, autres que ceux qualifiés de sacrés. L’application approfondie de cette méthode scientifique aux littératures et à l’histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament est presque une réussite du XIXe siècle. Cela a complètement modifié la vision de la révélation et de l’inspiration. La vision modifiée de la nature des documents de révélation a eu des conséquences incommensurables pour le dogme.

Written by admin

août 26th, 2019 at 8:42

Posted in actualité

Battre le Qatar… en foot

without comments

L’entraîneur-chef des Flying Eagles, Paul Aigbogun, a déclaré que trois points de son départ pour la Coupe du Monde U20 de la FIFA contre le Qatar à Tychy la semaine prochaine renforcerait considérablement la confiance du Nigeria dans l’approche des matchs restants de la phase de groupes.  «Notre objectif est d’obtenir ces trois points lors de notre premier match et de partir dans une course. Ce serait un gros rappel. Notre plan de match est de bien marcher à la Coupe du Monde et de continuer à partir de là.  «La Fédération nigériane de football a très bien fait de camper l’équipe dans un lieu exquis avant la Coupe du Monde de la FIFA. Nous ne pouvons que rembourser leur soutien et leurs efforts, ainsi que la confiance du peuple nigérian, avec une bonne sortie en Pologne. ”  Le Nigeria, sept fois champion d’Afrique, ouvrira sa Coupe du Monde U20 de la FIFA contre le Qatar vendredi. Des matches contre les États-Unis et l’Ukraine suivront dans le groupe D.  Mardi, les Flying Eagles ont poursuivi leurs préparatifs en vue du tournoi mondial avec un match nul 1-1 contre le Red Bull Salzburg, de la Bundesliga II.  Les gars d’Aigbogun ont dû creuser à fond en deuxième demie pour trouver l’égalisation qui a été remportée par le remplaçant Tijani Muhammad.  Salzbourg avait pris l’avantage à mi-chemin de la première mi-temps et avait tenu bon avant la pause. Il a fallu du temps aux Flying Eagles pour s’installer et à ce moment-là, ils ont pris le match à Salzbourg.  L’introduction de Tijani Muhammad, Chinonso Emeka, Success Makanjuola et Peter Eletu a permis au Nigéria de contrôler la deuxième mi-temps et aurait pu marquer davantage si ce n’était pour le gardien de but de Salzbourg.  Aigbogun a déclaré à la fin qu’il était impressionné par ses joueurs même s’il restait du travail à faire avant le début du tournoi.  “Cela nous a pris du temps pour nous installer et quand nous l’avons fait, je pense que nous avons pris le contrôle du match. Cette équipe de Salzbourg est très dure. Ils jouent en Bundesliga II et cela se voit dans leur match, mais je suis heureux que mes garçons se soient ralliés pour obtenir un match nul.  «Nous aurions pu le gagner si ce n’était de leur gardien. Nous avons eu deux bonnes occasions en seconde période et je pensais que nous aurions dû gagner à la fin. L’équipe progresse même s’il reste du travail à faire », a conclu Aigbogun.

Written by admin

mai 28th, 2019 at 8:33

Posted in actualité

NoHo, à New York

without comments

Je me suis contentée d’en prendre seulement deux et je ne saurais choisir le meilleur : carrot cake ou cacahuète? Ils sont certainement aussi délicieux l’un que l’autre! Vous l’aurez compris, vous ne pouvez pas rater cette adresse qui vaut le détour! La jolie surprise au bout d’une petite cour qui n’est pas des plus accueillantes : Freemans. Niché au fond d’une petite allée discrète, ce restaurant sert de l’american comfy food dans un cadre charmant à souhait. Je me suis contentée de prendre la photo, mais je dois avouer qu’il me faisait bien envie! Charmant, vous ne trouvez pas? Pour prendre un café dans le coin, je vous recommande Sel Rrose, cette adresse plus ou moins atypique. Bar à huitre et cocktails le soir et coffee shop le jour, Sel Rrose à ce charme désuet et quelque peu hors du temps particulièrement appréciable. Pour être tout à fait honnête, je dois vous avouer que je suis tombée sur cette adresse totalement par hasard, lors de ma première immersion dans le quartier. Je me suis retrouvée face à cette devanture qui m’a tout de suite parlé puisqu’elle m’a rappelé cette image croisée sur Instagram.

Les grande navettes de NYC Express Bus (anciennement NYC Airporter) font le trajet entre l’aéroport JFK et Manhattan. Dans la plupart des navettes vous pouvez vous connecter au WiFi gratuit, cela vous permettra de partager directement vos expériences à vos amis et votre famille. Si vous optez pour une petite navette partagée, vous serez déposé directement devant votre hôtel ou résidence privée. Notez que la plupart des navettes partagées ne vont que jusqu’à la 125th Street. Ces petites navettes sont peu chères et très pratique, mais le trajet est plus long qu’en taxi car il y a plusieurs passagers à déposer. Il est préférable de réserver vos places avant de partir pour New York. Après avoir effectué votre réservation, vous recevrez un voucher par e-mail. Il faudra imprimer ce voucher. Une fois arrivé à l’aéroport, suivez les panneaux ‘Ground Transportation‘ que vous trouverez dans chaque terminal à l’aéroport JFK. Il y a de petites navettes partagées disponibles 24/24h. Ne vous inquiétez pas si vous atterrissez plus tard que prévu.

Ses concepteurs spécifient que la tour doit être une « structure monolithique de verre reflétant le ciel et surmontée d’un antenne sculptée ». ]. Le changement a lieu après que les membres du conseil ont voté pour signer un accord de bail de 21 ans avec Vantone Industrial Co., une société immobilière, qui doit devenir le premier occupant commercial. ] sa construction est estimée à 3,9 milliards de dollars. Le 1 WTC donne l’illusion d’être entièrement construit en verre. Sa base est faite de béton armé et de métal ; elle est conçue pour résister aux camions piégés. À ce jour, sa construction est estimée à 3,9 milliards de dollars. À l’intérieur de la tour sont installés des bureaux, un accès direct au mémorial, un restaurant et un observatoire sur les étages les plus élevés. Sa flèche est la plus grande du monde avec 124 mètres de hauteur. 103e – 108e étages : étages techniques (occupés par les machines). New-York, ville exceptionnelle grâce à ses nombreux gratte-ciels et sa skyline magique… Lorsque vient le temps de prendre de la hauteur, plusieurs possibilités s’offrent à vous, notamment l’Empire State Building et le Rockefeller Center… Alors lequel choisir, lequel visiter ? Suivez le guide ! L’Empire State Building est sans conteste l’un des emblèmes de Manhattan, mondialement connu. Avec ses 102 étages, il s’agit du 2ème building le plus haut de New-York (443m avec l’antenne). De style Art déco, ce gratte-ciel emblématique de la modernité à l’américaine est l’une des principales attractions touristiques de la ville grâce à ses observatoires (au 86e et 102e étage) avec vue imprenable sur la métropole américaine. Ancré au coeur du paysage urbain, il ne passe pas inaperçu lorsque vous admirez la skyline depuis le pont de Brooklyn. Ce gratte-ciel présente une façade assez classique et sage, sans courbe ou relief exacerbés. Le hall d’entrée vaut le coup d’oeil, même si vous décidez de ne pas monter jusqu’à l’observatoire.

L’Empire State Building (L’Empire State Building est un gratte-ciel de style Art déco situé sur l’île de Manhattan, à New York. Un gratte-ciel (calque de l’anglais skyscraper) est un immeuble de très grande hauteur. The Bronx, Queens, Brooklyn et Staten Island). Il est situé dans le quartier de Midtown au 350 de la 5e Avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. 33e et 34e rues. Inauguré le 1er mai 1931, il mesure 381 mètres (449 avec l’antenne) et compte 102 étages. Le building tire son nom du surnom de l’État de New York, The Empire State, qui apparaît notamment sur les plaques d’immatriculation . Au 86e étage, un observatoire ouvert au public offre une vue (La vue est le sens qui permet d’observer et d’analyser l’environnement par la réception et l’interprétation des rayonnements lumineux.) panoramique impressionnante sur New York. Le sommet de l’édifice est éclairé en fonction des différents événements du calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. En vous dirigeant vers East Village, à Badaro, incentive à New York vous risquez fort de ne pas le trouver. Si vous êtes intéressé par LINK, veuillez consulter notre page d’accueil. Il n’y a aucun signe visible, sinon un panneau installé… à l’intérieur ! Une fois arrivés, vous découvrirez l’espace, ouvert sur une cuisine apparente, dans un design assez sympa, inspiré de l’esprit new-yorkais. Sauf que, avec une cuisine ouverte, il faut rigoureusement respecter certaines règles conformes à toutes les normes d’hygiène. Sinon, pourquoi opter pour ce choix ? Ici, l’équipe de travail ne porte pas de filets pour cheveux et les serveurs entrent et sortent de la zone « propre » sans aucune restriction, comme s’il s’agissait d’un prolongement de leur espace de travail. Le service à East Village est plus que médiocre. Peu importe la qualité des plats, c’est toujours la première chose que le client remarque. Ouvert depuis presque quatre ans, il est étonnant que le personnel soit aussi peu professionnel. Lorsque nous sommes arrivés, tous les serveurs étaient derrière le bar et manipulaient leur téléphone.

Written by admin

avril 16th, 2019 at 4:41

Posted in actualité

La caverne de Platon

without comments

L’allégorie de la grotte se lit comme une conversation entre Socrate et Platon frère, Glaucon. Dans le dialogue, Socrates demande à Glaucon d’imaginer un monde où une illusion est perçue comme une réalité. Pour approfondir son propos, il crée le texte suivant: Exemple: Il existe une grotte où, à l’intérieur, un groupe de prisonniers a été enfermé depuis naissance. Ces prisonniers ne peuvent pas bouger. Leurs cous et leurs jambes sont enchaînés de sorte qu’ils ne peuvent ni se déplacer ni se retourner et ils ne peuvent voir que ce qui est devant eux: une pierre mur. Derrière et au-dessus des prisonniers se trouve un feu, et entre le feu et le Les prisonniers sont un mur bas où les gens marchent, portant des objets sur la tête. La lumière de l’incendie projette des ombres d’objets sur le mur devant les prisonniers. Ces ombres sont tout ce que les prisonniers peuvent voir. Les seuls sons qu’ils entendent sont les échos de la grotte. Maintenant, parce que ces prisonniers n’ont jamais été exposés aux objets réels et toute leur vie, ils ont seulement vu les ombres, ils se trompent. ows pour la réalité. Les échos de la grotte sont pour eux des bruits créés par les ombres. Si une ombre de livre devait apparaître, par exemple, ces prisonniers réclameraient qu’ils ont vu un livre. Ils ne disent pas que c’est l’ombre d’un livre, parce que leur réalité ne connaît pas les ombres. Finalement, l’un des prisonniers comprendrait tenir la nature de ce monde et serait en mesure de deviner quelle ombre serait venir ensuite, ce qui conduirait à la louange et la reconnaissance des autres prisonniers. Supposons maintenant qu’un des prisonniers soit libéré. Si une personne devait montrer que prisonnier un livre réel, le prisonnier ne serait pas capable de le reconnaître. À la prison Un livre est l’ombre qui a été projetée sur le mur. L’illusion d’un livre semble plus réel que le livre lui-même. Socrate continue en se demandant ce qui se passerait si ce prisonnier libéré était puis tournez-vous vers le feu. Le prisonnier se détournerait sûrement de tant de lumière et retourne aux ombres sombres, qu’il tient pour plus réelles. Maintenant, si cela a été pris un pas de plus, et le prisonnier a été forcé de sortir? le prisonnier serait en colère, en détresse, et incapable de voir la réalité devant lui be- car il serait tellement aveuglé par la lumière.

Written by admin

janvier 31st, 2019 at 12:44

Posted in actualité

Les additions de Hobbes

without comments

La première fois que le paradoxe du navire de Thésée est apparu est dans l’écriture de l’ancien philosophe grec (et platonicien) Plutarque. Plutarque écrit de Thésée (le roi fondateur d’Athènes) revenant d’un long voyage en mer. Tout au long de la voyage, toutes les vieilles planches de bois en décomposition dont le navire était fait ont été jetées par-dessus bord et remplacés par de nouveaux morceaux de bois solides. Au moment où Thésée et son équipage est finalement revenu de leur voyage, chaque morceau de bois que le navire a été fait de avait été remplacé. Cela conduit à la question: le navire est-il revenu? sur le même navire qu’ils ont laissé, même s’il était fait de complètement différent morceaux de bois? Et si le navire avait encore une des pièces de bois d’origine? Et s’il y avait encore deux morceaux de bois dans le bateau? Est-ce que cela changerait réponse? Une autre façon de voir les choses est la suivante: Si le navire Thésée a commencé son voyage est A et que le navire Thésée a terminé son voyage le trajet est B, alors A = B?      Beaucoup plus tard, le célèbre philosophe Thomas Hobbes, du XVIIe siècle, prit la paradoxe un pas plus loin. Maintenant, imaginez que suivre le navire de Thésée soit un charognard. Comme l’équipage de Thésée jette les vieux morceaux de bois par-dessus bord, le récupérateur les sort du l’eau et construit son propre navire. Deux navires arrivent au port: l’un avec Thésée et son équipage, fait de bois neuf; l’autre, le navire du trésor, entièrement construit vieux bois que l’équipage de Theseus avait jeté à la mer. Dans ce scénario, qui navire est le navire de Thésée? Dans ce scénario, appelons le bateau que le charognard est arrivé avec la lettre C. Nous savons que B C parce que deux navires atterrissent dans le port et ils ont donc clairement ne peut pas être un et identique. Alors, qu’est-ce qui fait de quelque chose le navire de Thésée? Est-ce les parties individuelles que le navire est fabriqué à partir? Est-ce la structure? Est-ce l’histoire du navire?    Une théorie, connue sous le nom de théorie méréologique de l’identité (ou MTI), stipule que la L’identité de quelque chose dépend de l’identité de son composant. les pièces. Cette théorie prétend qu’une condition nécessaire de l’identité est qu’il doit y avoir une similitude de parties. En d’autres termes, X = Y si toutes les parties de X font également partie de Y et inversement. Par exemple, l’objet X est composé de certains composants au début d’une période de temps (t1). Si à la fin de cette période (t2), l’objet (qui est maintenant Y) a les mêmes composants, alors il a continué à exister. Dans le bateau de Thésée, paradoxe selon MTI, A = C. Cela signifie qu’il sont deux navires. Le navire que Theseus a commencé son voyage est exactement le même que le navire le charognard entre (en faisant ces un seul navire), et puis il y a le navire Thésée est venu à bâbord, qui était composé de nouvelles pièces.

Written by admin

novembre 5th, 2018 at 8:28

Posted in actualité

Une vente aux enchères d’aéroport

without comments

C’était tellement bien que Londres Heathrow a décidé de le faire deux fois.  L’aéroport a mis en vente d’autres articles de son terminal un maintenant désaffecté aux enchères publiques.  Les passionnés d’aviation ont la possibilité de récupérer des souvenirs tels que des sièges et des bureaux, ainsi que des affiches et d’autres aides directionnelles, via un processus d’enchères en ligne actuellement en cours et se terminant le 18 septembre 2018.  Cette deuxième vente aux enchères intervient cinq mois après qu’un premier lot d’articles ait été vendu aux enchères par les commissaires-priseurs Global Partners.  «Nous avons été ravis de la réponse mondiale à notre vente le 21 avril», a déclaré David Brindley, associé directeur de Global Partners dans un communiqué. « Dire que l’événement était un phénomène serait un euphémisme. »  «Mais nous sommes également conscients que, quel que soit l’offre, un grand nombre d’enchérisseurs ont encore été déçus en raison du niveau de concurrence pour les lots.  «Nous espérons que cette deuxième partie de la cerise permettra à certains d’avoir un petit morceau d’aviation l’histoire avec beaucoup de rétro appel après tout.  »   Le Terminal One a été officiellement fermé en 2015, presque une demi-décennie après avoir accueilli ses premiers passagers à travers les portes. À son apogée, quelque neuf millions de passagers passaient par le terminal un par an. Elle traitait principalement des compagnies aériennes membres de Star Alliance. Des transporteurs tels que British Airways, El Al et Icelandair opèrent également à partir du terminal. Retrouvez la liste des objets sur Fouga Magister.

Written by admin

septembre 8th, 2018 at 6:15

Posted in actualité

Les conditions d’accès au marché de la grande vitesse

without comments

La spécificité du modèle économique de la grande vitesse ferroviaire est susceptible d’engendrer des barrières à l’entrée pour les nouveaux opérateurs. Dans le cadre d’un marché en open access, les opérateurs devront acquérir des matériels roulants, très coûteux pour les liaisons à très grande vitesse76. Un nouvel entrant souhaitant proposer une offre « généraliste » (et pas seulement de niche) devra acquérir un grand nombre de rames pour offrir une fréquence de desserte suffisante. Il devra également construire un atelier spécifique. Ces investissements en matériels roulants sont largement irrécouvrables, en raison de l’absence de marché secondaire. L’interopérabilité, qui permet d’utiliser un même matériel sur différents réseaux, est limitée, ou se traduit par un surcoût important (5 à 10 millions d’euros par rame). Une assise financière importante semble donc indispensable pour entrer sur le marché de la grande vitesse, mais il n’en reste pas moins que les investissements en matériels roulants sont extrêmement risqués, et que la rentabilité des marchés ferroviaires en situation de concurrence ne sera peut-être pas suffisante pour inciter les opérateurs à investir. Dans son principe, la création de sociétés publiques ou privées de location de rames (ROSCO : Rolling Stock Companies) permet de transférer le risque financier à un tiers qui le mutualise, puisque si un opérateur se retire du marché, le matériel peut alors être loué à un autre opérateur. De telles sociétés existent pour les matériels fret en France, et pour les matériels voyageurs en Grande-Bretagne. Cette solution ne semble toutefois pas adaptée au marché du transport de voyageurs en open access. La ROSCO porterait en effet des risques très importants, et in fine ne serait pas beaucoup plus incitée à investir qu’un transporteur. Les nouveaux opérateurs seront également confrontés à l’incertitude sur les capacités, qui sont allouées annuellement par le gestionnaire d’infrastructure, et sur la tarification, qui est susceptible d’évoluer elle aussi annuellement, compte tenu des règles en vigueur. L’incertitude sur les capacités est double : elle porte à la fois sur la gestion des conflits d’attribution de sillons à court terme et sur la disponibilité des sillons à long terme. Aujourd’hui certaines lignes à grande vitesse et surtout certaines gares sont proches de la saturation en période de pointe ; un nouvel opérateur n’a pas l’assurance de disposer des capacités souhaitées pour développer une offre cohérente. De ce point de vue il apparaît nécessaire : – De préciser la notion de saturation en droit français (l’infrastructure doit être déclarée saturée si le sillon proposé s’écarte de x minutes de la demande initiale) ; – De mettre en place un dispositif de gestion de la saturation transparent et efficace (comme l’exige la directive 2012/34), combinant un signal prix en amont (tarification de la congestion, lorsque les circulations se rapprochent du maximum de capacité) et des modalités de traitement de demandes de sillons concurrentes (concertation et, en l’absence d’accord, sur-tarification ou processus d’enchères) ; – De donner une visibilité de long terme aux entreprises ferroviaires sur les capacités disponibles, en prenant en compte les accords-cadres, les tendances d’évolution des trafics, et les investissements projetés. Par ailleurs, dès lors que les matériels roulants s’amortissent sur 30 ans, les opérateurs ont besoin d’obtenir des garanties sur la disponibilité des sillons sur une période longue. Le dispositif des accords-cadres, prévu par les textes européens, répond à ce problème. Un accord-cadre lie le gestionnaire d’infrastructure et l’entreprise ferroviaire, sous le contrôle du régulateur. Il permet de préciser les caractéristiques des capacités de l’infrastructure ferroviaire offertes au transporteur, pour une durée maximum de 15 ans, dans le cas d’infrastructures « spécialisées » comme les lignes à grande vitesse. De tels accords-cadres permettraient de réduire significativement le risque pour les entreprises ferroviaires.

Written by admin

août 24th, 2018 at 4:00

Posted in actualité