Waprint

chroniques de chroniques

Le salaire de base

without comments

Selon des données dévoilées par le ministère du Travail, l’indice du salaire mensuel de base (SMB) dans le secteur privé a augmenté de 0,5% au 1er trimestre, malgré une inflation nulle. Comme son nom l’indique, le SMB est un salaire brut, avant déduction des cotisations sociales et versement des prestations sociales. Il ne prend en compte ni les primes, ni les heures supplémentaires. Ainsi, sur un an, dans les entreprises de 10 salariés ou plus (hors agriculture et emplois publics), il a augmenté de 1,2%. L’indice du salaire horaire de base des ouvriers et des employés (SHBOE) a progressé, comme le SMB, de 0,5% sur trois mois, mais sa hausse est légèrement inférieure sur un an (+1,1%).En outre, la durée hebdomadaire collective moyenne du travail des salariés à temps complet est restée stable à 35,6 heures au 31 mars.

Written by admin

novembre 29th, 2016 at 3:55

Posted in actualité

Tagged with , ,

Déco de Noël à Londres

without comments

londres

Written by admin

novembre 29th, 2016 at 3:54

Posted in voyage

Voyage en philosophie américaine

without comments

Nous voulons réfléchir sur la place d’une approche d’éthique appliquée dans l’enseignement de la philosophie éthique au collégial et sur ses résultats, disions-nous en introduction. Mais nous désirons le faire d’abord dans un contexte plus large : celui des finalités de l’éducation8. C’est-à-dire qu’il nous semble nécessaire de replacer toute entreprise d’enseignement ou toute réflexion sur l’enseignement dans une perspective philosophique fondatrice : que veut-on faire ou que fait-on vraiment quand on éduque? En somme, qu’est-ce qu’éduquer? Ensuite seulement, nous pourrons nous interroger sur la contribution de chacun des acteurs, sur les méthodes les plus susceptibles d’atteindre ces buts, sur la contribution particulière d’un cours de philosophie éthique ou d’une approche d’éthique appliquée. La discussion s’enracine ainsi dans une réflexion sur les buts de l’éducation. Et l’on découvre rapidement que dans la tradition française, peu importe les auteurs consultés, l’accord paraît unanime quant à l’énoncé suivant: ce que vise avant tout l’éducation, c’est de former ou, plutôt, de contribuer à la formation d’un être humain; non pas d’abord former un travailleur ou un citoyen, mais l’être humain lui-même, pour lui-même. La tâche principale de l’éducation «[…] est avant tout d’aider au développement dynamique par lequel l’homme se forme lui-même à être un homme […]», disait déjà Jacques Maritain. Olivier Reboul ne pense pas autrement quand il affirme que «l’éducation, dans tous les domaines, depuis la naissance jusqu’au dernier jour, c’est d’apprendre à être homme». Il en va de même pour Louis Brunet et Lucien Morin qui confirment que «voilà pourquoi le dictionnaire voit juste en définissant l’éducation comme l’activité de former quelqu’un, qui n’est qu’une autre manière de dire que la fin de l’éducation, c’est le développement et la formation d’un être humain». Selon eux, toute la pédagogie moderne est sans compromis là-dessus: «[…] l’éducation est une activité qui a pour fin d’aider quelqu’un à se développer et à se former». Le but fondamental et les buts secondaires de l’éducation Au moment où il est beaucoup question de formation à la citoyenneté et où même l’enseignement de l’éthique doit s’inscrire dans une optique de formation «propre au programme» d’études de l’élève, il vaut la peine de rappeler les distinctions faites par Maritain et Reboul qui nous aident à éclairer cette problématique. Pour le premier, l’éducation comporte des buts essentiels de deux ordres différents: le fondamental, celui qui demeure et ne change pas, et les secondaires, ceux qui varient et doivent être adaptés aux époques historiques. Aider quelqu’un à atteindre sa pleine formation d’homme constitue le seul but du premier genre, alors que «[…] transmettre l’héritage d’une culture d’une aire de civilisation donnée, préparer à la vie sociale et à un comportement de bon citoyen, procurer l’équipement mental exigé pour remplir une fonction particulière dans le tout social, pour s’acquitter des responsabilités familiales, pour gagner sa vie» appartiennent au second genre. Selon cet auteur, «l’essence de l’éducation ne consiste pas en effet à adapter un futur citoyen aux conditions et interactions de la vie sociale, mais d’abord à faire un homme, — et préparer par cela même un citoyen». Quant à Reboul, ne nous tientil pas un langage semblable lorsque placé devant le dilemme d’une éducation «pour la société ou pour l’enfant», il affirme qu’ il s’agit peut-être d’une fausse alternative, dont chaque terme ne vaut que par les défauts de l’autre. Car, entre l’individu et la (c’est-à-dire une) société, il existe un troisième terme, qui est l’humanité. Et l’éducation elle-même en témoigne. On n’éduque pas l’enfant pour qu’il le reste. Mais pas non plus pour en faire «un travailleur et un citoyen». On l’éduque pour en faire un homme, c’est-à-dire un être capable de communiquer et de communier avec les oeuvres et les personnes humaines […] Ainsi, il nous semble que la fin de l’éducation est de permettre à chacun d’accomplir sa nature au sein d’une culture qui soit vraiment humaine. Si cette fin paraît utopique, elle est la seule qui préserve l’éducation du laisser-faire comme de l’endoctrinement. À son avis, cette visée pèse si lourd qu’elle donne lieu au principal critère d’une éducation réussie: «[…] elle est réussie si elle est inachevée, si elle donne au sujet les moyens et le désir de la poursuivre, d’en faire une auto-éducation. Car on arrive peut-être un jour à être ingénieur, ou médecin, ou bon citoyen. On n’en finit jamais de devenir un homme». Source: voyage incentive USA

Written by admin

septembre 30th, 2016 at 11:31

Posted in médical

Elu et politique

without comments

Au sein du gouvernement, c’est Axelle Lemaire qui avait lancé la pique lors de l’arrivée à Bercy de son tout nouveau ministre de tutelle?: « il n’est pas élu ». C’était une façon de borner le territoire d’un “collègue” que l’on pressentait très envahissant. Depuis – c’était le 20?août 2014 –, Emmanuel Macron, parachuté quasiment en direct de l’Élysée aux commandes de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, l’intitulé de son portefeuille, a fait la démonstration que ce n’est pas un handicap. Il est même devenu, selon les sondages, le “ministre favori” des Français. Cette position a été acquise avant tout grâce à l’exercice d’un ministère de la parole “soigneusement libérée”. Son langage s’apparente à un consensus du bon sens sur les 35?heures ou sur la liberté d’entreprendre. “Vous êtes le seul intelligent de la bande”, était-il interpellé sur les Champs-Élysées par une salariée “qui a besoin de travailler” et à qui, il est vrai, la loi Macron I facilite la tâche. Alors qu’est-ce qui explique qu’un ministre ‘non-élu’ perce dans les sondages et acquiert une aura de compétence?? Le fait d’avoir, comme Emmanuel Macron, un itinéraire de technocrate, voire de banquier d’affaires, doublé d’un passage à l’Élysée?? Il n’est pas le premier dans ce cas. Non, la marque Macron vient de son sens de la provocation?: “je n’ai pas envie être député en 2017, c’est le cursus honorum d’un ancien temps”, a-t-il lâché. Autrement dit, le ministre de l’Économie semble opposer l’homme libre qui agit pour le bien commun à l’élu local prisonnier d’intérêts particuliers. “Le ministre de l’Économie semble opposer l’homme libre qui agit pour le bien commun à l’élu local prisonnier d’intérêts particuliers” Pour ce faire, il refuse a priori de régulariser sa situation par l’onction d’un suffrage universel synonyme d’attache partisane. Mais les faits sont têtus?: en démocratie, cette voie est sans issue. La légitimité de l’exécutif tient au préalable de l’élection. Ce qui n’interdit en rien de gouverner ensuite au nom de l’intérêt général?! Emmanuel Macron devra se plier à cette “formalité”, ou bien son avenir sera celui d’un Attali bis. En apparence, vu de Bercy, cette nécessité n’a pas lieu d’être. La Ve?République permet au président de la République de choisir pour ministres des non-élus. Ils sont réputés représenter la société civile. Michel Rocard, Premier ministre, avait obtenu de François Mitterrand la nomination d’un industriel comme ministre de l’Industrie. Valéry Giscard d’Estaing confia à Raymond Barre, dépourvu de tout mandat électoral, le ministère du Commerce extérieur. Plus récemment, Jacques Chirac désigna du jour au lendemain comme Premier ministre Dominique de Villepin, son propre secrétaire général à l’Élysée, qui n’avait jamais vu l’ombre d’un panneau électoral. “Avant, sous la IVe?République, la confusion des genres entre gouvernement et parlementaires était la règle. Le général de Gaulle y a mis un terme en décidant d’inscrire dans la Constitution de 1958 la stricte séparation entre les fonctions de parlementaires et de ministres” C’est la conception gaullienne des institutions qui a fait éclore un tel changement de perspective. Avant, sous la IVe?République, la confusion des genres entre gouvernement et parlementaires était la règle – sans exception. Le général de Gaulle y a mis un terme en décidant d’inscrire dans la Constitution de 1958 la stricte séparation entre les fonctions de parlementaires et de ministres. C’est une fenêtre d’opportunité dont bénéficie, un demi-siècle plus tard, Emmanuel Macron.

Written by admin

juillet 19th, 2016 at 11:12

Posted in actualité

Excès d’épargne

without comments

La notion « d’excès d’épargne » contribue à expliquer les taux d’intérêt réels très faibles depuis la crise mondiale de 2007-2009. Mais l’idée de “stagnation séculaire” suggère que cette surabondance était présente auparavant. Pour comprendre ce qu’il en est, nous devons examiner le comportement des entreprises. Comment donc, les entreprises s’intègrent-elles dans une analyse de l’équilibre changeant entre les prévisions d’épargne et d’investissement?? Un début de réponse réside dans le fait que les entreprises génèrent une énorme proportion de l’investissement. Dans les six économies les plus grandes (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni et Italie), la part d’investissement des sociétés a représenté entre la moitié et plus des deux tiers de l’investissement brut en 2013 (la plus faible proportion étant en Italie et la plus importante au Japon). Parce que les sociétés génèrent une part importante des investissements, elles sont également les plus grandes utilisatrices de l’épargne disponible, et leurs propres bénéfices non distribués constituent aussi une énorme source d’épargne. Ainsi, dans ces pays, les bénéfices des entreprises ont généré entre 40?% (en France) et 100?% (au Japon) de l’épargne brute (dont l’épargne étrangère) disponible pour l’économie. “Parce que les sociétés génèrent une part importante des investissements, elles sont également les plus grandes utilisatrices de l’épargne disponible, et leurs propres bénéfices non distribués constituent aussi une énorme source d’épargne” Dans une économie dynamique, on pourrait penser que, dans leur ensemble, les sociétés utilisent l’excès d’épargne des autres secteurs, notamment celle des ménages, générant ainsi à la fois une demande soutenue et une offre croissante. Cependant, si l’investissement est faible et les bénéfices significatifs, les entreprises deviennent, bizarrement, un financeur net de l’économie. Le résultat serait un mélange de déficits budgétaires, de déficits des ménages et d’excédents du compte courant (c’est-à-dire donc un déficit du compte de capital). Au Japon, les énormes excédents des entreprises compensent les déficits budgétaires. En Allemagne, les excédents des entreprises et des ménages compensent le déficit du compte de capital. Depuis la crise, les secteurs privés des grandes économies enregistrent des excédents d’épargne sur l’investissement, à l’exception de la France. Les épargnes excédentaires des sociétés japonaises sont, étonnamment, proches de 8?% du produit intérieur brut. Les entreprises privées ont donc largement contribué à la surabondance d’épargne. Ce n’est pas seulement un phénomène post-crise. Même dans la période qui a précédé la crise, le secteur des entreprises a enregistré des excédents au Japon, au Royaume-Uni, en Allemagne (sauf en 2008) et aux États-Unis (sauf en?2007 et?2008). Un document de la Réserve fédérale américaine note que la “grande récession” a en partie entraîné ces excédents, mais il ajoute que, même dans les cinq années qui ont précédé la crise, les taux d’investissement des entreprises “étaient tombés en dessous des niveaux qui auraient été prévus par les modèles estimés les années précédentes”. La hausse de l’excédent d’épargne des entreprises comparé à leurs investissements provient de la conjonction de bénéfices significatifs et d’une diminution des investissements. Cette diminution des investissements est à la fois structurelle et conjoncturelle. En outre, la baisse est très répandue. Néanmoins, l’excès d’épargne des entreprises au Japon est unique dans sa dimension. Toute analyse des défis économiques japonais qui ne commence pas par prendre en compte ce fait est inutile.

Written by admin

juillet 19th, 2016 at 11:12

Posted in business

Mon dogfight dans le ciel girondin

without comments

Récemment, en bouinant sur le web, j’ai découvert qu’on pouvait s’essayer à une expérience extravagante : vivre un dogfight ! Et sans qu’il soit même nécessaire d’avoir sa licence de pilote ! Intrigué tout d’abord, j’ai rapidement salivé à la lecture du programme. Et finalement, la tentation s’est avérée être trop grande, surtout pour un passionné qui a passé des heures sur Ace Combat : j’ai acheté sans réfléchir. Et vous savez quoi ? Je n’ai pas eu à le regretter : c’était tout simplement sublime ! Difficile de relater une journée comme celle-là. Pendant la matinée, j’ai commencé par me familiariser aux bases du pilotage. N’ayant pas de licence de pilotage, j’avais beaucoup à apprendre, mais heureusement, mon formateur était clair dans ses explications. Puis, en début d’après-midi, accompagné de mon instructeur, j’ai embarqué à bord de mon biplan. Alors, concrètement, comment ça se passe ? Imaginez un laser game à bord d’appareils que vous dirigez vous-mêmes. Votre instructeur, qui se trouve être un ancien pilote de chasse de l’armée de l’air, est à l’arrière. Il s’occupe du décollage puis vous laisse graduellement aux manettes. Vous apprenez ainsi à vous mouvoir, mais également à prendre en chasse l’appareil adverse pour lui tirer dessus sitôt que vous l’avez dans le viseur. Et lorsque votre tir fait mouche, l’appareil abattu déclenche des fumigènes et laisse échapper une traînée de fumée ! Grandiose ! Même si ce n’est qu’un « simple » jeu de rôles, je peux vous garantir que vous l’oubliez rapidement, une fois que vous avez votre ennemi dans le viseur. Et encore plus lorsque vient le moment d’inverser les rôles et que vous êtes pris à votre tour en chasse par l’appareil ennemi ! Ce n’est peut-être qu’un jeu, mais la sueur qui coule sur votre front est quant à elle tout à fait réelle ! Si , comme moi, vous avez rêvé d’être Maverick étant gosse, c’est une expérience à découvrir absolument. C’est une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie ! Je vous mets le lien vers le site où j’ai déniché mon dogfight, si le coeur vous en dit ! Suivez le lien pour en savoir plus sur cette expérience de combat aérien.

12751086_150931591958313_1980856196_n

Written by admin

mars 15th, 2016 at 5:00

Posted in Aviation

Tagged with ,

Quand Poutine divise

without comments

Il y a chez Vladimir Poutine une part de mystère savamment entretenue qui rend souvent peu lisibles ses motivations profondes. Une part cachée, enfouie au plus profond de son passé, celui du lieutenant-colonel du KGB au temps de l’effondrement de l’Union soviétique. Il y a chez Vladimir Poutine, maître judoka et adepte de la gonflette, un penchant pour l’action, un goût de l’aventure, une propension à masquer ses propres faiblesses et, surtout, une terrible envie d’occuper la scène, surtout si elle est internationale et surtout si elle est désertée par ses homologues. Car on pourra tout dire sur Vladimir Poutine. Que c’est un cynique. Un nostalgique d’un monde bipolaire. Un soutien indéfectible des dictateurs, si odieux soient-ils. Qu’il est mû par l’instinct de revanche. Qu’il prend des risques inconsidérés. Qu’il n’hésite pas à mettre en péril la paix dans le monde. Mais ce qu’on ne peut pas retirer au maître du Kremlin, c’est son habileté politique. Celui qui était hier encore ostracisé, mis au ban des nations après l’agression russe en Ukraine, s’est soudainement replacé au milieu du jeu diplomatique. Renouant avec les relations historiques de l’Empire russe et du Moyen-Orient, Vladimir Poutine mène la danse. A l’ONU et dans le ciel syrien. Diviseur dans l’âme, il envoie ses Mig bombarder tantôt Daech, tantôt les rebelles du régime de Bachar El-Assad, semant le trouble dans l’unité fragile de l’Occident. Une fois de plus, le caporal-chef Obama est pris au dépourvu : déjà disqualifié en 2013 pour ne pas avoir su faire respecter en Syrie les fameuses lignes rouges qu’il avait lui-même fixées, le président américain vient de perdre le peu de crédibilité internationale qui lui restait. Une fois encore, l’Europe tergiverse. Et une nouvelle fois Poutine jubile. « On ne peut comprendre la Russie par la raison, ni la mesurer en mètres usuels. Elle a son caractère à elle : la Russie, on ne peut que croire en elle », disait le diplomate russe du XIXe Fiodor Tiouttchev*. La Syrie, elle, s’enfonce dans une guerre dont personne ne voit l’aboutissement. Car l’internationalisation du conflit est une très mauvaise nouvelle pour tous. Y compris pour la Russie.

Written by admin

mars 15th, 2016 at 4:58

Posted in actualité

Tagged with , ,

Non à l’avortement, oui au port d’armes…

without comments

« Non à l’avortement, oui au port d’armes ». Les débats aux États-Unis peuvent être déroutant pour les Européens. Ici des anti-avortement « pro-life » devant la Cour suprême des Etats-Unis, le 5 octobre 2015. »Non à l’avortement, oui au port d’armes ». Les débats aux États-Unis peuvent être déroutant pour les Européens. Ici des anti-avortement « pro-life » devant la Cour suprême des Etats-Unis, le 5 octobre 2015. Sur Instagram, un illustre anonyme américain propose d’imposer les mêmes lois aux hommes voulant acheter une arme qu’aux femmes désirant avorter. Le résultat est édifiant. « Et si on traitait tous les jeunes hommes voulant s’acheter une arme comme sont traitées les femmes désirant avorter? ». La proposition ne vient pas d’un politique, d’un intellectuel ou d’un journaliste américain, mais d’un illustre inconnu, Roonpdx, sur son compte Instagram. Quelques jours après la tuerie du campus universitaire d’Umpqua et en pleine campagne présidentielle, le message du jeune homme, repéré par TTSO, sonne autant comme un plaidoyer anti-arme que pro-avortement. La démonstration est saisissante. Selon l’auteur, pour se procurer une arme, un jeune homme doit « attendre obligatoirement 48h [avant d’avoir l’arme entre les mains NDLR], obtenir une autorisation parentale, une lettre du médecin traitant assurant qu’il comprend bien ce qu’il va faire, regarder une vidéo préventive sur la violence et les armes et faire une échographie anale (et pourquoi pas?) », détaille Roonpdx. « Il faudrait aussi, dans chaque État, ne laisser qu’un seul magasin d’armes et fermer tous les autres pour forcer le jeune homme à voyager sur plusieurs centaines de kilomètres, à poser un jour de congé et à passer la nuit dans une ville inconnue. Et (pour se rendre enfin au magasin), il faudrait encore qu’il traverse une foule de personnes hostiles qui brandissent des photos de proches tués par des armes à feu, qui le traitent de meurtrier et le supplie de renoncer à son achat », poursuit-il, avant de conclure: « En fait, ça serait beaucoup plus logique de faire ça avec les jeunes hommes et les armes qu’avec les femmes et les centres de santé, non? Parce qu’on n’a jamais vu une femme ayant avorté massacrer une salle remplie de personnes en quelques secondes, si? » Pour appuyer son propos, l’auteur se laisse aller à quelques caricatures. Les 48 heures d’attente existent déjà en ce qui concerne le port d’armes dans certains États. En Floride, la loi impose même un délai de 3 jours entre l’achat et la remise d’une arme. Quant à la sonde anale, il s’agit d’une référence à une affaire qui avait défrayé l’actualité américaine en 2013. À l’époque, le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, avait voté une nouvelle législation anti-avortement qui imposait une échographie à toutes femmes voulant avorter. « Une loi qui les aidera à prendre leur décision en connaissance de cause et qui protégera leur santé physique et mentale », avait alors justifié l’élu. La loi précisait également que « l’échographie peut être vaginale ou abdominale ». « J’aimerais vraiment beaucoup mettre une sonde anale au Gouverneur Walker à chaque fois qu’il doit prendre une « décision en connaissance de cause », avait alors répondu, furieuse, l’humoriste Sarah Silverman. Reste que le discours de Ronpdx fait principalement référence à des lois bien réelles. L’échographie est obligatoire dans une dizaine d’États. Conduire des heures pour avoir accès à une clinique pratiquant l’avortement n’est pas non plus une caricature, particulièrement dans les États dirigés par des Républicains. Selon le Guttmacher Institute, un organisme de recherche qui fournit des statistiques sur le contrôle des naissances et l’avortement, 87% des comtés du pays n’ont pas de médecin qualifié pour pratiquer l’avortement. Et l’autorisation parentale pour les mineurs -parfois des deux parents- est demandée dans 21 États. La stigmatisation des femmes avortant, « les personnes hostiles », évoquées dans le message de Ronpdx, est également une réalité. De nombreuses américaines en ont témoigné récemment sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #ShoutYourAbortion [Parlez haut et fort de votre avortement, NDLR]. Les femmes qui ont lancé la campagne sont maintenant menacées de mort.

Written by admin

mars 15th, 2016 at 4:57

Posted in actualité

Tagged with , ,

De la philosophie du groupe

without comments

J’ai été amené à m’écarter de l’ordre fixé, par la crainte de ne pouvoir, si je continuais à suivre cet ordre, exécuter l’oeuvre qui est le terme de la série. Des avertissements, répétés dans ces dernières années à des intervalles plus rapprochés et avec plus de clarté, m’ont appris que je pouvais être définitivement privé de mes forces,–en supposant même que ma vie se prolonge,–avant d’avoir achevé la tâche que je m’étais marquée à moi-même. Cette dernière partie de la tâche est celle pour laquelle toutes les parties précédentes ne sont, à mon avis, qu’une préparation. Remontant à l’année 1842, mon premier essai,–des lettres sur La sphère propre du gouvernement,–indiquait vaguement que je concevais l’existence de certains principes généraux de bien et de mal dans la conduite politique; depuis cette époque, mon but final, poursuivi à travers tous les buts prochains que je me suis proposés, a toujours été de découvrir une base scientifique pour les principes du bien et du mal dans la conduite en général. Manquer ce but, après avoir fait pour y arriver des travaux si considérables, serait un malheur dont je n’aime pas à envisager la possibilité, et j’ai à coeur de le prévenir, sinon complètement, du moins en partie. De là l’avance que je prends. Bien que cette première division de l’ouvrage qui termine la Philosophie synthétique ne puisse, naturellement, contenir les conclusions particulières à établir dans l’ouvrage entier, elle les implique cependant, de sorte que pour les formuler avec rigueur il suffit de recourir à une déduction logique. J’ai surtout à coeur d’esquisser cet ouvrage final, si je ne puis l’achever entièrement, parce qu’il y a un pressant besoin d’établir sur une base scientifique les règles de la conduite droite. Aujourd’hui que les prescriptions morales perdent l’autorité qu’elles devaient à leur prétendue origine sacrée, la sécularisation de la morale s’impose. Il est peu de désastres plus redoutables que la décadence et la mort d’un système régulateur devenu insuffisant désormais, alors qu’un autre système plus propre à régler les moeurs n’est pas encore prêt à le remplacer. La plupart de ceux qui rejettent la croyance commune paraissent admettre que l’on peut impunément se passer de l’action directrice qu’elle exerçait et laisser vacant le rôle qu’elle jouait. En même temps, ceux qui défendent la croyance commune soutiennent que, faute de la direction qu’elle donne, il n’y a plus de direction possible: les commandements divins, à leur avis, sont les seules règles que l’on puisse connaître. Ainsi, entre les partisans de ces deux doctrines opposées, il y a une idée commune. Les uns prétendent que le vide laissé par la disparition du code de morale surnaturelle n’a pas besoin d’être comblé par un code de morale naturelle, et les autres prétendent qu’il ne serait pas possible de le combler ainsi. Les uns et les autres reconnaissent le vide; les uns le désirent, les autres le redoutent. Le changement que promet ou menace de produire parmi nous cet état, désiré ou craint, fait de rapides progrès: ceux qui croient possible et nécessaire de remplir le vide sont donc appelés à faire quelque chose en conformité avec leur foi. A cette raison spéciale je puis en ajouter une autre plus générale. Il est résulté un grand dommage de l’aspect repoussant ordinairement donné à la règle morale par ceux qui l’exposent, et l’on peut espérer d’immenses avantages si on la présente sous l’aspect attrayant qu’elle a lorsqu’elle n’est pas déformée par la superstition et l’ascétisme. Si un père, donnant avec sévérité de nombreux ordres, les uns nécessaires, les autres inutiles, aggrave son austère surveillance par une manière d’être tout à fait antipathique; si ses enfants sont obligés de s’amuser en cachette; si, en se détournant timidement de leurs jeux, ils ne rencontrent qu’un regard froid ou même un froncement de sourcils, fatalement l’autorité de ce père ne sera pas aimée, sera peut-être haïe, et l’on ne cherchera qu’à s’y soustraire le plus possible. Au contraire, un père qui, tout en maintenant avec fermeté les défenses nécessaires pour le bien-être de ses enfants ou celui d’autres personnes, non seulement s’abstient de défenses inutiles, mais encore donne sa sanction à tous leurs plaisirs légitimes, pourvoit aux moyens de les leur procurer et regarde avec un sourire d’approbation leurs ébats, un tel père est presque sûr de gagner une influence qui ne sera pas moins efficace dans le temps présent et le sera en outre d’une manière durable. L’autorité de chacun de ces deux pères est le symbole de l’autorité de la morale comme on l’a faite et de la morale comme elle devrait être. En lire plus sur Voyage Groupe.

groupe

Written by admin

décembre 21st, 2015 at 4:23

Posted in actualité

Tagged with , ,

Mort du père des Talibans

without comments

Hamid Gul, ex-chef du renseignement à Islamabad, était un maître du double jeu entre les Etats-Unis et les islamistes. Le hasard, ou l’ironie de l’histoire, a voulu qu’Hamid Gul, 79 ans, ex-chef du renseignement pakistanais, décède d’une hémorragie cérébrale ce week-end à Muree, une ville proche d’Islamabad où s’est tenue début juillet une rencontre entre talibans et représentants du gouvernement afghan. Nul doute qu’Hamid Gul connaissait les émissaires talibans. Il avait contribué à la naissance de leur mouvement au milieu des années 90 et y conservait des relais au plus haut niveau. Ses contacts remontaient en réalité aux années 80. A l’époque, les moudjahidine luttent contre l’Armée rouge qui a envahi l’Afghanistan. Hamid Gul, chef de l’Inter-Services Intelligence (ISI) de 1987 à 1989, participe à leur formation, leur transmet armes et argent fournis par la CIA et l’Arabie saoudite. Après le retrait soviétique, certains moudjahidine deviendront talibans. D’autres rejoindront Al Qaeda. Surnommé «le père des talibans», Hamid Gul est, lui, resté influent. Son rôle ne se limitait pas à apparaître dans des émissions de télévision comme ancien chef des renseignements adepte des théories du complot – il affirmait que les Juifs étaient responsables des attentats du 11 septembre 2001 – et partisan d’une guerre contre l’Inde. Si l’on en croit les télégrammes révélés par Wikileaks en 2010, il a œuvré dans l’ombre durant plus de vingt ans. Il aurait rencontré régulièrement des commandants talibans et d’Al Qaeda, y compris pour planifier des attaques, la seule condition étant qu’ils ne visent pas le Pakistan. En échange, il leur promettait de ne rien faire pour les chasser de leurs fiefs et de leurs camps d’entraînement des zones tribales du Waziristan. Il avait également conservé des liens avec Gulbuddin Hekmatyar, le chef du Hezb-i Islami, et Jalaluddin Haqqani, du réseau du même non. Les deux commandent des milliers d’hommes qui ont combattu l’Otan en Afghanistan et continuent à lutter contre la police et l’armée afghanes. Ces liens illustrent le double jeu du Pakistan. Officiellement allié des Etats-Unis dans leur lutte contre le terrorisme, il laisse certains responsables des services de renseignement aider l’insurrection afghane pour éviter que l’Inde n’accroisse son influence en Afghanistan. Obnubilés par l’hypothèse d’un conflit armé avec le voisin indien, ils considèrent que l’Afghanistan doit rester un possible territoire de repli. New Delhi soupçonne par ailleurs Hamed Gul d’avoir instauré une politique d’aide aux jihadistes actifs au Cachemire. Les Etats-Unis sont également persuadés que c’est Hamid Gul qui a prévenu en 1998 Oussama Ben Laden de l’imminence de frappes américaines le visant en Afghanistan. Le chef d’Al Qaeda, qui venait d’organiser les attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, s’échappa quelques heures avant que les missiles de croisière ne soient tirés. Islamabad a toujours nié qu’Hamid Gul, officiellement en retraite, continuait en réalité à travailler pour les services de renseignements. Mais face à l’exaspération de Washington qui menaçait de couper son aide financière, Pervez Musharraf, président du Pakistan de 2001 à 2008, avait admis qu’il était possible que d’anciens membres de l’ISI soutiennent l’insurrection afghane. Sans prononcer le nom d’Hamid Gul qui a, lui, toujours nié.

Written by admin

décembre 21st, 2015 at 4:19

Posted in actualité

Tagged with ,